que vont chercher les Français qui traversent la Manche pour faire leur shopping.

 il y a la Fashion Week de Londres, deuxième étape du grand chelem des défilés qui passent aussi par New York, Milan et Paris, où les professionnels de la mode (acheteurs, journalistes, chasseurs de tête…) viennent dénicher les successeurs des Galliano, Westwood ou McQueen. Londres abritant une des plus grandes écoles de mode au monde, la Central Saint Martins, la source n’est pas près de se tarir

Mais la vraie originalité de Londres, c’est le pouvoir mode de la rue. Des chaînes comme Topshop, River Island, New Look, Monsoon, Faith, ainsi que de nombreux marchés et boutiques vintage alimentent perpétuellement les Anglaises en pièces pointues qu’elles mixent avec naturel et originalité. 

Bref, la mode anglaise se consomme sur place et en V.O. La « délocaliser « reviendrait à lui voler sa magie. Ceux qui l’aiment continueront donc à prendre le train.

Quant au style foisonnant et excentrique de la rue anglaise, il a souvent du mal à passer les frontières. Dans ce melting-pot créatif, la Française branchée pioche juste quelques détails, ceux qui collent à son style et à sa personnalité. Elle va à Londres pour s’acheter des chaussures chez Top-shop, des cosmétiques à la carotte du label The Organic Pharmacy et des collants flashy Jonathan Aston qu’elle ne trouve qu’ici.